Un centre social ?

Notre conception du Centre social et socioculturel

Le Centre social et socioculturel entend être un foyer d’initiatives porté par des habitants associés appuyés par des professionnels, capables de définir et de mettre en œuvre un projet de développement social pour l’ensemble de la population d’un territoire.

Le social des Centres Sociaux, c’est celui du « faire société », du « vivre ensemble », de la solidarité collective en action.

En effet, les Centres Sociaux et Socioculturels se veulent être :

  • Des lieux de proximité ouverts à tous, sans discrimination, proposant un accueil convivial
  • Des projets participatifs pour que les habitants prennent des initiatives, mènent des actions, à partir de vrais débats  : actions solidaires concernant toutes les générations de la petite enfance aux personnes âgées en passant par la famille, actions de développement culturel, sportif, éducatif, actions de soutien auprès des personnes en difficulté et de lutte contre toutes les exclusions.
  • Des actions d’animation et de lien social (fêtes de quartier, …)
  • Des plates-formes d’accompagnement de la vie associative et de tous projets personnels ou collectifs.
  • Des équipes, composées de bénévoles et de professionnels, qui proposent des activités, animations et services.
  • Des projets agréés spécifiquement par les Caisses d’Allocations Familiales.

Les domaines d’action des centres sont très larges, et quoi de plus logique si l’on pratique une vision globale du territoire et l’initiative des habitants.

Ce sont, avant tout, des lieux de débats participatifs, où à partir des expressions des habitants, l’initiative individuelle puis collective devient possible.

Toutes les tranches d’âge, des plus jeunes au plus âgés, toutes les activités collectives peuvent potentiellement se retrouver et agir dans un centre social et socioculturel.

Toutes les catégories habituelles des politiques sociales, culturelles et éducatives peuvent donc, a priori, y exister, mais bien entendu c’est le projet concerté sur le territoire qui fixera les grandes priorités d’action et non pas un cahier des charges uniforme et monochrome, préétabli avant.

C’est pourquoi les centres sociaux sont très divers et différents, les uns des autres, selon leur projet, leurs caractéristiques propres. C’est d’ailleurs, la plus grande richesse de leur réseau.

Fortement ancrés dans des valeurs et une histoire, on peut distinguer dans ce qui inspirent les centres sociaux et socioculturels :

L’Education Populaire comme principale source d’action ; elle s’actualise dans un projet en renouvellement du fait des mutations de société. Ce projet ne peut plus se mettre en œuvre aujourd’hui sans le croiser avec le développement local.

Ce projet traite :

  • de l’éducation des enfants et des jeunes,
  • de l’éducation tout au long de la vie,
  • du soutien à la fonction parentale,
  • de l’intergénérationnel et de la co-éducation,
  • de l’accompagnement des projets des jeunes,
  • de l’éducation à la citoyenneté, et de la culture.

Développement social et local : Le sens, les valeurs, les méthodes et la stratégie que préconisent les centres sociaux correspondent à ce que l’on désigne comme le « développement social local ».

L’initiative des habitants, l’intégration, l’insertion, le développement est en relation étroite avec le(s) territoire(s) : non seulement les territoires « prescrits », nouvelles structures réglementaires de l’intercommunalité, des Pays et des Agglomérations, des Conseils de développement, Conseils de quartiers …, mais aussi les territoires « vécus » (les aspirations des personnes,…).

Cette conception, conforme à la tradition des Centres Sociaux accompagnant d’abord l’expression de la demande sociale avant d’être l’exécutif de la commande publique, exige une attention aux mutations de société en cours, aux nouveaux modes d’expression et d’organisation des habitants, des générations. Elle suppose à la fois que l’on soit lucide sur les situations limites ou extrêmes qui peuvent atteindre notre démocratie et que l’on puisse prendre du recul et participer activement à des démarches prospectives pour les bénéficiaires et les intervenants.

Les champs d’actions sont très vastes :

  • Lutte contre les exclusions et les discriminations (accès aux droits, activités/emploi, logement, santé, justice, surendettement, culture, gens du voyage…)
  • Accompagnement social (alphabétisation, accompagnement social individualisé,…)
  • Insertion : cohésion sociale, en termes de développement social local
  • Développement social urbain
  • Développement social rural
  • Lutte contre la fracture numérique
  • Amélioration des conditions de vie
  • Actions de solidarité (banque alimentaire, bourses aux vêtements, aux jouets, aux livres…)

Pour en savoir plus cliquez ici

Aller à la barre d’outils