Déc 08

Bien vieillir dans les centres sociaux auvergnat

L’Auvergne est composée d’un réseau de proximité de 40 centres sociaux dont 28 fédérés,
acteurs au quotidien de la solidarité entre les âges, dans une diversité de territoires, tant
urbains que ruraux.
La Fédération des Centres Sociaux de l’Allier compte 16 adhérents et est en lien avec
l’ensemble des centres auvergnats, fédérés ou non, via l’observatoire partagé SENACS.

La Fédération des Centres Sociaux de l’Allier et les centres sociaux fédérés cherchent à
développer particulièrement de nouvelles réponses permettant de mieux accompagner
l’enjeu de société que constitue le vieillissement des populations sur les territoires.

Ce livret est un aperçu du travail réalisé dans les Centres Sociaux Auvergnat aux côtés                                           des partenaires engagés sur le Bien vieillir. 

Sep 05

Emplois aidés, de qui, de quoi parle-t-on ?

Communiqué commun à l’Acepp, la Fédération Nationale des Centres sociaux et le Snaecso.

Emplois aidés, de qui, de quoi parle-t-on ?

Dans les centres sociaux, les crèches et les associations de développement social local, plus de 10 000 personnes en contrats aidés sont accueillies. 

Ces personnes participent à la mission de service aux publics des associations, et beaucoup bénéficient de formations d’une durée moyenne de 105 heures, les diplômes les plus suivis étant des BPJEPS et des CAP petite enfance.

Vivons-nous sur une autre planète que les cabinets ministériels qui nous disent «que les contrats aidés ne sont pas efficaces» ? La mesure de l’efficacité se traduit-elle uniquement par la signature d’un CDI à l’issue du contrat aidé ?

Il nous semble que non. L’efficacité, c’est ce qui permet la stabilisation d’une situation familiale, la reconnaissance sociale et l’enrichissement d’un réseau social, le sentiment d’utilité accompagné d’une reprise de confiance en soi, le travail en équipe, le repérage de ses potentiels et l’occasion de se projeter dans un projet professionnel à moyen terme.

L’annonce brutale du gel des financements des contrats aidés pour 2017 et d’une diminution drastique très probable pour 2018 met les associations ainsi que les collectivités locales face à des difficultés importantes. Nous regrettons que ces annonces aient été faites sans concertation préalable des différents secteurs concernés.

Qu’il s’agisse de l’accueil périscolaire, de l’accueil des jeunes enfants ou de l’animation d’activités favorisant le développement du lien social sur le territoire, nombre de missions qui nous incombent ne pourront être remplies dans des conditions décentes. Les conséquences seront importantes pour les personnes – souvent en difficulté ou précarité – qui bénéficient des services des centres sociaux et pour les parents dans un secteur petite enfance déjà en tension (moins de salariés dans une crèche, moins d’enfants accueillis). Par ailleurs, les effets du gel de financement seront également dommageables pour les personnes très éloignées de l’emploi qui ne pourront plus se projeter dans une trajectoire professionnelle accompagnée. Quand on est éloigné de l’emploi, une formation ne suffit pas pour s’insérer socialement et professionnellement.

Nous incitons nos réseaux à réagir et à se mobiliser afin que le Gouvernement prenne la mesure de l’impact de ces décisions sur notre secteur. Nous proposons quatre axes de mobilisation :

  1. Contacter les parlementaires de chaque circonscription pour leur faire connaître votre inquiétude et l’impact de cette mesure en matière d’emploi au niveau territorial à l’aide du courrier type joint à ce message.
  2. Transmettre rapidement à vos fédérations locales les informations permettant d’évaluer le nombre de postes qui en l’état actuel ne seront pas renouvelés.
  3. Alerter les services de la Direccte du département sur les difficultés que cette décision va engendrer.
  4. Recueillir – sur le terrain – des témoignages de personnes concernées du «bienfait» de l’emploi aidé dans leur parcours.

Nos trois organisations sont d’ores et déjà en ordre de marche pour alerter les pouvoirs publics ainsi que nos principaux financeurs des conséquences néfastes d’une telle décision sur nos associations.

Pour finir, nous invitons Monsieur le Premier Ministre, Madame la Ministre du Travail, à sortir de la logique budgétaire et du dogme : une formation/un emploi, pour venir rencontrer les emplois aidés dans nos associations, leur parler. Ils pourront ainsi comprendre les effets produits par l’accompagnement, le tutorat. Ils pourront voir nos adhérents et l’énergie, qu’en plus de leur métier de base, ils mobilisent pour rapprocher de l’emploi des personnes qui en étaient très éloignées, et comment ils tentent à chaque fois que cela est possible de consolider le poste ainsi créé ou de proposer un emploi plus stable. Nos associations rêvent tout autant que le Gouvernement d’emplois pérennes pour tous les salariés.

Réfléchissons ensemble…

Pour contact :

Délégué général Acepp : Philippe Dupuy – philippe.dupuy@acepp.asso.fr
Délégué général FCSF : Alain Cantarutti – alain.cantarutti@centres-sociaux.fr
Déléguée générale Snaecso : Aurélie Rossi – aurelie.rossi@snaecso.fr

Juil 07

1iere Newsletter : INFOS JEUNES ETE 2017 Centres Sociaux de l’Allier

 

Mai 11

Journée régionale 2017 – Bien vieillir : Enjeux individuels et collectifs. Quelle contribution des centres sociaux ?

Le 2 mai dernier, à Lorette (Loire), une centaine d’acteurs des centres sociaux d’Auvergne et de Rhône Alpes ainsi que leurs partenaires privilégiés, se sont retrouvés à Lorette sur l’invitation de l’URACS et des réseaux de centres sociaux d’Auvergne. Au cœur de cette journée régionale, la question du vieillissement des populations et de la place, de la contribution des centres sociaux.

Cette journée s’articulait autour des apports de :

Catherine GUCHER, sociologue, enseignant-chercheur, à l’Université Grenoble Alpes et Annie MOLLIER, Ingénieur d’études à l’Université Grenoble Alpes, qui ont partagé avec les acteurs des centres sociaux quelques éléments clés autour du vieillissement et de ses enjeux mais aussi autour du défi du positionnement des acteurs…dans le cadre de politiques publiques parfois contraignantes. 
Ce fut l’occasion pour les centres de réinterroger leurs pratiques, leurs ambitions autour de la place spécifique des centres sociaux, acteurs de l’éducation populaire, et autour des questions de territoires et d’enjeux de cohésion sociale.

Les CARSAT Auvergne et Rhône Alpes étaient présentes dans le cadre du partenariat développé avec les centres, elles ont pu témoigner de l’intérêt d’avoir à leurs côtés des acteurs différents mais fortement complémentaires, dans l’approche du Bien vieillir.

Ci dessous, vous pouvez retrouver le diaporama support de l’intervention de C.GUCHER et A.Mollier.

Diaporama C.GUCHER & A.MOLLIER centres sociaux mai 2017

Mai 10

Présidentielles et après ?

Le Bureau de la FCSF réagit à la campagne présidentielle que nous venons de vivre et appelle les centres sociaux à continuer de contribuer à une société de tolérance et de solidarité.

Ce 9 Mai, le paysage politique, dans lequel les centres sociaux évoluent, s’est en partie éclairci mais les tensions, les dissensions, les fractures même qui se sont révélées pendant cette campagne électorale restent vives et nous interpellent. Notre réseau a inscrit son action dans le temps long d’un projet que nous portons ensemble depuis 3 ans mais ce moment est l’occasion de redire où se trouve la source de nos engagements et la partager avec vous.

Notre conviction, notre volonté de développer le pouvoir d’agir des habitants est plus que jamais d’actualité. Notre ancien monde craque en laissant sur la route des personnes blessées. Le nouveau monde ne s’inventera pas à Paris, dans les ministères ou au palais de l’Elysée. Chacun devra prendre sa part et développer les coopérations : élus et habitants, collectivités et institutions, société civile et monde universitaire…

La nôtre est de transformer en actes les convictions qui nous animent : une démocratie renouvelée qui prenne en compte la capacité d’agir des habitants et leur expertise, une prise en compte du défi environnemental, une économie plus sobre au service du bien-être de chacun et de parcours de vie équilibrés, des systèmes de solidarité qui combinent action publique et solidarités de voisinage..

Associés avec tous ceux et celles qui se mobilisent, il nous faut aller au-delà de l’écoute, de la compréhension des choses et de l’analyse. Pour voir advenir ce nouveau monde que nous appelons de nos voeux, nous devons être dans l’action, nous engager toujours, inventer, construire des solutions alternatives inédites, des modes d’organisations qui donnent à chacun les moyens de comprendre, de juger et d’agir. C’est ainsi que nous voulons combattre le sentiment de relégation, d’abandon que ressent une partie grandissante de la population et qu’il sera possible de faire face aux colères et à la tentation de radicalité que le vote extrémiste exprime.

Ne lâchons rien de nos ambitions lancées ensemble en Juin 2013. Soyons exigeants sur nos méthodes, mais aussi sur la cohérence qu’il doit y avoir entre nos déclarations et nos façons d’agir. Soyons sans peur pour déconstruire des organisations qui ne se renouvelleraient pas assez et inventifs pour en créer des nouvelles. Entretenons l’énergie et gardons le courage qui sont nécessaires pour être présents tous les matins sur nos territoires pour tricoter ce vivre ensemble devenu parfois si difficile.

Soyez assurés de notre détermination et de notre engagement sans faille à vos côtés.

Donnons-nous rendez-vous en 2018 pour mesurer les effets de notre projet et, s’il le faut, renforcer encore notre contribution à une société de tolérance et de solidarité.

Nous restons attentifs à toutes vos remarques, réflexions et propositions.

Le bureau : Sébastien Chauvet, Dominique Garet, Claudie Miller, Nicolas Oberlin, Michelle Trellu, Martine Wadier.

La délégation générale

 

Avr 12

Journée régionale : Bien vieillir Mardi 2 Mai 2017

Bien vieillir

 Enjeux individuels ou collectifs

Quelle contribution des centres sociaux?

 programme journée vieillissement

Le vieillissement, tant sur le plan de l’individu qu’au niveau du collectif, conduit à s’interroger sur la manière dont la société pense et accompagne l’avancée en âge pour permettre aux personnes de participer activement à la vie de la cité.

 

Alors, la vieillesse,une étape de vie comme les autres? Et les centres sociaux dans tout ça? Quelles plus-values,quelles innovations apportent-ils dans la prise en compte de ces questions? 

Inscription à journée ici :

sa@rhone-alpes.centres-sociaux.org

Renseignements :

04 75 05 04 14

Avr 12

Journée régionale : quel avenir économique pour le centre social

flyer journée éco csx 14 avril 2017 version finale

Mar 24

La FCSF signe un accord-cadre avec ses partenaires pour encourager un soutien pluriannuel et multi-partenarial des centres sociaux

http://www.centres-sociaux.fr/2017/03/16/la-fcsf-signe-un-accord-cadre-avec-ses-partenaires-pour-encourager-un-soutien-pluriannuel-et-multi-partenarial-des-centres-sociaux/

Déc 12

Observatoire des Centres Sociaux échelle Auvergne Rhône Alpes

Télécharger la plaquette :

plaquette-centres-sociaux-aura-juin-2015

Déc 12

Deuxième édition régionale de l’observatoire des Centres Sociaux des territoires d’Auvergne

A télécharger ici : senacs-auvergne

Aller à la barre d’outils