Mai 16

Temps d’information aux administrateurs de l’Escale

Les administrateurs volontaires de l’Escale à Souvigny

viennent de participer à un temps de formation et d’information sur les subtilités associatives des centres sociaux. Ce temps, co-animé par la Fédération des centres sociaux de l’Allier et les salariés du centre social, a permis aux douze administrateurs présents, de mieux connaître le fonctionnement de la Fédération nationale des centres sociaux et socioculturels de France et celle de l’Allier, d’appréhender le réseau des centres sociaux aux niveaux national, régional et départemental et, enfin, de mieux situer le centre social dans lequel ils sont engagés sur le secteur de Souvigny. Des outils d’animations participatifs, chers aux centres sociaux, ont été utilisés pour permettre au plus grand nombre de s’impliquer dans la vie associative du centre social l’Escale.

Mai 02

La Cité Sporal : Cité d’enfants inter centres sociaux !

Quelques nouvelles de la Cité inter-centres sociaux qui aura lieu du 8 au 14 juillet prochain à Autry Issards !
Les temps bâtisseurs se sont déroulés durant les vacances de printemps. Une quarantaine d’enfants des 4 centres sociaux de Lurcy Levis, Adéquat, l’Escale et Villefranche Montmarault participeront à cette Cité « sportive et festive », baptisée « La Cité Sporal »

 
Si vous souhaitez visiter la Cité cet été, c’est avec plaisir que les « Sporaliens et sporaliennes » vous accueilleront ! Pensez juste à nous prévenir en amont, afin que les enfants s’organisent en conséquence et pour vous assurer qu nous soyons bien sur place !
 

Fév 24

La Vieillesse, une ressource pour la société. Avec les centres sociaux, fabriquer des possibles

Le groupe national DSL et Vieillissement de la FCSF, en partenariat avec la CNAV, la CCMSA, AG2R La Mondiale viennent de publier l’ouvrage  « la Vieillesse, une ressource pour la Société. Avec les centres sociaux, fabriquer des possibles ». 
80 pages d’interviews, de pratiques, qui capitalisent les approches et l’impact des actions menées par les centres sociaux ces dernières années ! On y retrouve ainsi des analyses, témoignages et pratiques concernant l’accompagnement du passage en retraite, les échanges et solidarités entre les âges, « l’aller vers » pour lutter contre l’isolement, les enjeux d’aménagement, et les nouveaux défis de la société (numérique, précarité, accès aux droits).
 
Le défi démographique auquel est confronté la société française pour ces 30 prochaines années nécessite de repenser la place des personnes retraitées dans la société, les relations entre les générations et les politiques de prévention. Avant d’être un coût et un risque, le vieillissement peut en effet être une ressource et une opportunité pour la personne, les territoires, et la société, et permettre à chacun, quel que soit son âge et ses fragilités, de rester acteur, de participer à la vie sociale.
Depuis plusieurs années déjà, les centres sociaux inventent au quotidien dans la proximité des territoires, de nouvelles réponses, et contribuent à « fabriquer des possibles », avec des approches fondées sur le lien social comme facteur clé de prévention.
Cette publication porte un regard sur l’approche et la plus-value de l’engagement des centres sociaux en matière d’accompagnement des transitions liées au vieillissement. Fondées sur le développement social local et le soutien au pouvoir d’agir des personnes, les initiatives des centres sociaux relatées mettent en lumière la diversité et la richesse des réponses apportées aux défis que pose le vieillissement de la population, en même temps qu’elles contribuent à renouveler les politiques sociales.
Pour relever ces défis, l’AGIRC-ARRCO et la FCSF ont signé en janvier 2018 un accord cadre pour développer ensemble des réponses locales adaptées autour des nouveaux enjeux d’accompagnement du vieillissement des populations, pour faire émerger des innovations sociales territorialisées et favoriser le rapprochement des deux organisations. La FCSF et l’AGIRC-ARRCO s’engagent ainsi, en régions, à renforcer et favoriser l’accès aux démarches de prévention pour les personnes de plus de 50 ans, à promouvoir l’engagement des personnes retraitées dans une démarche de prévention individuelle et collective et à développer des actions collectives pour lutter contre la vulnérabilité liée à l’avancée en âge. Pour retrouver le communiqué de presse, c’est ici !
 
 Retrouvez cette publication en consultation seulement ci-dessous et en téléchargement en haute qualité via Dropbox en cliquant sur ce lien : https://www.dropbox.com/s/7389cj0w2ifpzby/Pbli%20vieillissement%20FINAL.pdf?dl=0
 
 

Fév 24

[En-quête] d’une protection sociale plus juste

Notre système de protection sociale intervient dans nos vies pour les retraites et la vieillesse, la santé, l’invalidité et les accidents de travail, le soutien aux familles, l’emploi et la formation professionnelle, la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, le logement. La protection sociale nous concerne toutes et tous ! Et c’est pourquoi nous sommes tous légitimes à réfléchir et donner notre avis sur la protection sociale de demain.

Pour cela, rendez-vous sur notre site www.enqueteprotectionsociale.org et complétez notre enquête pour une protection sociale plus juste, portée par le Secours Catholique, avec la FCSF, le réseau des Accorderies et Aequitaz,

Nous avons besoin de votre expérience et de votre avis pour construire, ensemble, une protection sociale plus égalitaire et permette à chacun d’être mieux protégé et de prendre pleinement sa place dans la société aux différentes étapes de sa vie. L’avis du plus grand nombre est essentiel. Alors, professionnel en centre social, bénévole, habitant en lien avec le centre social : mobilisons nous et n’hésitons pas à partager auprès de vos proches et de vos réseaux !

L’enquête peut être remplie individuellement ou dans le cadre d’animations collectives avec des groupes dans les centres sociaux. Un guide a été édité pour accompagner de tels temps. Il est à télécharger ici. Elle est à remplir d’ici le 15 avril 2018 !

Cette enquête s’inscrit dans le cadre d’un chantier qui vise à construire avec les habitants, un plaidoyer pour refonder une protection sociale qui soit plus juste. Il est porté par le Secours Catholique, la FCSF, Aequitaz, le réseau des Accorderies et associe des habitants et de structures de nos réseaux.

En novembre 2018, lors de la restitution de l’enquête, des évènements publics seront organisés pour faire entendre et mettre en débat nos propositions.

Tout savoir sur la démarche et les premiers outils produits en cliquant ici

Fév 23

SENACS 2017 – Observatoire des Centres sociaux en Auvergne

Nouvelle édition de l’Observatoire des centres sociaux en Auvergne

Publish at Calaméo or browse the library.
">http://

Fév 23

Newsletter info jeunes n°2 – hiver 2017-18

2de Newsletter INFO JEUNES HIVER 2017 des Centres sociaux de l’Allier

 

Publish at Calaméo or browse the library.
">http://

Déc 08

Bien vieillir dans les centres sociaux auvergnat

L’Auvergne est composée d’un réseau de proximité de 40 centres sociaux dont 28 fédérés,
acteurs au quotidien de la solidarité entre les âges, dans une diversité de territoires, tant
urbains que ruraux.
La Fédération des Centres Sociaux de l’Allier compte 16 adhérents et est en lien avec
l’ensemble des centres auvergnats, fédérés ou non, via l’observatoire partagé SENACS.

La Fédération des Centres Sociaux de l’Allier et les centres sociaux fédérés cherchent à
développer particulièrement de nouvelles réponses permettant de mieux accompagner
l’enjeu de société que constitue le vieillissement des populations sur les territoires.

Ce livret est un aperçu du travail réalisé dans les Centres Sociaux Auvergnat aux côtés                                           des partenaires engagés sur le Bien vieillir. 

Sep 05

Emplois aidés, de qui, de quoi parle-t-on ?

Communiqué commun à l’Acepp, la Fédération Nationale des Centres sociaux et le Snaecso.

Emplois aidés, de qui, de quoi parle-t-on ?

Dans les centres sociaux, les crèches et les associations de développement social local, plus de 10 000 personnes en contrats aidés sont accueillies. 

Ces personnes participent à la mission de service aux publics des associations, et beaucoup bénéficient de formations d’une durée moyenne de 105 heures, les diplômes les plus suivis étant des BPJEPS et des CAP petite enfance.

Vivons-nous sur une autre planète que les cabinets ministériels qui nous disent «que les contrats aidés ne sont pas efficaces» ? La mesure de l’efficacité se traduit-elle uniquement par la signature d’un CDI à l’issue du contrat aidé ?

Il nous semble que non. L’efficacité, c’est ce qui permet la stabilisation d’une situation familiale, la reconnaissance sociale et l’enrichissement d’un réseau social, le sentiment d’utilité accompagné d’une reprise de confiance en soi, le travail en équipe, le repérage de ses potentiels et l’occasion de se projeter dans un projet professionnel à moyen terme.

L’annonce brutale du gel des financements des contrats aidés pour 2017 et d’une diminution drastique très probable pour 2018 met les associations ainsi que les collectivités locales face à des difficultés importantes. Nous regrettons que ces annonces aient été faites sans concertation préalable des différents secteurs concernés.

Qu’il s’agisse de l’accueil périscolaire, de l’accueil des jeunes enfants ou de l’animation d’activités favorisant le développement du lien social sur le territoire, nombre de missions qui nous incombent ne pourront être remplies dans des conditions décentes. Les conséquences seront importantes pour les personnes – souvent en difficulté ou précarité – qui bénéficient des services des centres sociaux et pour les parents dans un secteur petite enfance déjà en tension (moins de salariés dans une crèche, moins d’enfants accueillis). Par ailleurs, les effets du gel de financement seront également dommageables pour les personnes très éloignées de l’emploi qui ne pourront plus se projeter dans une trajectoire professionnelle accompagnée. Quand on est éloigné de l’emploi, une formation ne suffit pas pour s’insérer socialement et professionnellement.

Nous incitons nos réseaux à réagir et à se mobiliser afin que le Gouvernement prenne la mesure de l’impact de ces décisions sur notre secteur. Nous proposons quatre axes de mobilisation :

  1. Contacter les parlementaires de chaque circonscription pour leur faire connaître votre inquiétude et l’impact de cette mesure en matière d’emploi au niveau territorial à l’aide du courrier type joint à ce message.
  2. Transmettre rapidement à vos fédérations locales les informations permettant d’évaluer le nombre de postes qui en l’état actuel ne seront pas renouvelés.
  3. Alerter les services de la Direccte du département sur les difficultés que cette décision va engendrer.
  4. Recueillir – sur le terrain – des témoignages de personnes concernées du «bienfait» de l’emploi aidé dans leur parcours.

Nos trois organisations sont d’ores et déjà en ordre de marche pour alerter les pouvoirs publics ainsi que nos principaux financeurs des conséquences néfastes d’une telle décision sur nos associations.

Pour finir, nous invitons Monsieur le Premier Ministre, Madame la Ministre du Travail, à sortir de la logique budgétaire et du dogme : une formation/un emploi, pour venir rencontrer les emplois aidés dans nos associations, leur parler. Ils pourront ainsi comprendre les effets produits par l’accompagnement, le tutorat. Ils pourront voir nos adhérents et l’énergie, qu’en plus de leur métier de base, ils mobilisent pour rapprocher de l’emploi des personnes qui en étaient très éloignées, et comment ils tentent à chaque fois que cela est possible de consolider le poste ainsi créé ou de proposer un emploi plus stable. Nos associations rêvent tout autant que le Gouvernement d’emplois pérennes pour tous les salariés.

Réfléchissons ensemble…

Pour contact :

Délégué général Acepp : Philippe Dupuy – philippe.dupuy@acepp.asso.fr
Délégué général FCSF : Alain Cantarutti – alain.cantarutti@centres-sociaux.fr
Déléguée générale Snaecso : Aurélie Rossi – aurelie.rossi@snaecso.fr

Juil 07

1iere Newsletter : INFOS JEUNES ETE 2017 Centres Sociaux de l’Allier

 

Mai 11

Journée régionale 2017 – Bien vieillir : Enjeux individuels et collectifs. Quelle contribution des centres sociaux ?

Le 2 mai dernier, à Lorette (Loire), une centaine d’acteurs des centres sociaux d’Auvergne et de Rhône Alpes ainsi que leurs partenaires privilégiés, se sont retrouvés à Lorette sur l’invitation de l’URACS et des réseaux de centres sociaux d’Auvergne. Au cœur de cette journée régionale, la question du vieillissement des populations et de la place, de la contribution des centres sociaux.

Cette journée s’articulait autour des apports de :

Catherine GUCHER, sociologue, enseignant-chercheur, à l’Université Grenoble Alpes et Annie MOLLIER, Ingénieur d’études à l’Université Grenoble Alpes, qui ont partagé avec les acteurs des centres sociaux quelques éléments clés autour du vieillissement et de ses enjeux mais aussi autour du défi du positionnement des acteurs…dans le cadre de politiques publiques parfois contraignantes. 
Ce fut l’occasion pour les centres de réinterroger leurs pratiques, leurs ambitions autour de la place spécifique des centres sociaux, acteurs de l’éducation populaire, et autour des questions de territoires et d’enjeux de cohésion sociale.

Les CARSAT Auvergne et Rhône Alpes étaient présentes dans le cadre du partenariat développé avec les centres, elles ont pu témoigner de l’intérêt d’avoir à leurs côtés des acteurs différents mais fortement complémentaires, dans l’approche du Bien vieillir.

Ci dessous, vous pouvez retrouver le diaporama support de l’intervention de C.GUCHER et A.Mollier.

Diaporama C.GUCHER & A.MOLLIER centres sociaux mai 2017

Aller à la barre d’outils